Sunday, April 1, 2018

VIDEO: La « cli-fi », meilleure façon d’exposer les changements climatiques -- (Cli-Fi is the best way of discussing climate change in novels and movies, says this panel in France)

La « cli-fi », meilleure façon d’exposer les changements climatiques ?

Les JNE ont consacré le 2 mars dernier un petit déjeuner de presse à la climate-fiction, ou cli-fi.

see also The Cli-Fi Report at cli-fi.net 
.
Ce petit déjeuner était organisé et animé par Richard Varrault, président des JNE.
C’est en 2008 qu’apparaît pour la première fois ce nouveau genre littéraire, la climate-fiction, ou cli-fi. Les auteurs font évoluer leurs héros dans un monde transformé par les modifications climatiques. Leur champ d’opération est très large et varié.
Par ses aspects parfois philosophiques mais souvent scientifiques, ce genre pose la question fondamentale : la prédation de quelques humains sera-t-elle toujours supérieure au principe de survie de notre espèce ? La cli-fi est-elle suffisamment puissante pour permettre une anticipation positive pour tenter d’éviter le collapse de nos sociétés ?
Le débat a porté notamment sur la question de savoir si l’immersion, par la littérature et/ou le cinéma, ou la réalité virtuelle, permettrait au plus grand nombre d’accepter les faits scientifiques et réels et les actions concrètes qui pourraient suivre (engagements, politiques nationale et internationale…).
Les intervenants étaient :
Claire Perrin, diplômée d’un master de l’Université de Lorraine et de la San Francisco State University. Doctorante en littérature américaine spécialisée dans l’écocritique, membre du laboratoire CRESEM à l’UPVD (Université de Perpignan Via Domitia). Sa thèse s’intitule La sécheresse dans le roman américain de John Steinbeck à la Cli-Fi (Changements climatiques dans la fiction comme contre-discours politique) sous la direction de Mme Pascale Amiot et Mme Bénédicte Meillon (co-encadrante). Elle y analyse les représentations de la sécheresse et du réchauffement climatique en parallèle avec les discours politiques écologistes et climato-sceptiques.
Pierre-Yves Touzot, adhérent JNE, romancier, réalisateur, blogueur, auteur du roman de cli-fi français Terre Lointaine.
Daniel-Philippe de Sudres, chercheur en neurosciences, auteur de science-fiction.
.
Ci-dessous, la captation vidéo de ce petit déjeuner des JNE.
.
Merci à la mairie du IIe arrondissement de Paris pour son accueil.

1 comment:

Ke'a said...

Merci beaucoup pour avoir donné votre temps - vos réflections au sujet du climate fiction sont très intéressantes, et donnent envie de lire les romans et (re)regarder tous les films dont vous avez parlé !